Rompez ! ou pas…

Il paraît que le 14 février marque le début de la période des amours… chez les oiseaux.

Nul homo sapiens sapiens n’est donc tenu ce jour-là de se montrer aimant envers « l’objet » de ses amours et inversement… Les écrivants du mercredi se sont saisis de cette consigne.


Miroir
Oh, mon Miroir ! Je suis au regret de t’annoncer que tu es un peu fêlé. Il va falloir malheureusement nous séparer. Et puis dis donc, depuis quelques temps les images gentilles se font rares. C’est quoi cette manie de me mettre des barres horizontales et verticales sur le front, autour des yeux ? Enfin bref, je ne me reconnais plus quand je te regarde alors je suis navrée mais je vais aller me faire voir ailleurs !

Mais ailleurs ma pauvre amie…Lire la suite

Néologismes tracassants

Courcueller verbe : tartiner du beurre sortant du frigo sur une tranche de pain de mie mou.

Cra n.m. inv. : miettes de biscottes dans les draps.

Loustaner verbe : cacheter l’enveloppe avant d’inscrire l’adresse qui est sur la lettre à l’intérieur.

Quand les mots manquent pour désigner les petits tracas de la vie, il suffit de les créer. C’est ce que les auteurs du Dictionnaire des tracas ont fait. À vous…

Foutasser verbe : S’époumoner en soufflant sur un feu qui ne veut pas prendre parce que le bois est mouillé.
(J’ai tellement foutassé hier soir que ce matin j’ai des yeux de grenouille.

Rambicouler verbe : confondre salière et sucrier, et sucrer son entrecôte ou saler son yaourt.Lire la suite

Parce qu’il n’y a pas que le Beaujolais…

Vendredi 16 novembre, L’écriture nomade a choisi la M-o-ma pour célébrer l’arrivée d’écrivants nouveaux dont le lecteur trouvera ici quelques concaténations, figures de style gouleyantes, et concoctées en groupe.

Le vin m’enivre comme chaque soir, est-ce que j’arriverai à enlever cette buée ?
Cette buée finira bien par se dissiper même après un autre verre.
Un autre verre… ce fut celui de trop. Roland Makenzi ne s’en remit jamais.
Jamais, je ne vis d’alcoolique aussi élégant et tenant des propos si cohérents.
Cohérents ! Enfin ce n’est pas le terme exact, Makenzi était un dandy.
Un dandy vaporeux et acide comme un Beaujolais nouveau lorsqu’il n’avait pas son quota d’alcool pour éteindre les étincelles de sa méchanceté.
Sa méchanceté légendaire, on en parla bien longtemps après sa mort, après ce dernier verre de trop qui le plongea dans un coma, dans un trépas, puis un jour on n’en parla plus.

Lire la suite

On se fait notre cinéma…

Les écrivants du mercredi, influencés par l’ambiance cinématographique diffusée du 6 au 12 novembre à Vence par les 24e rencontres Culture & cinéma, se sont amusés, à partir de sept mots et en dix minutes, à présenter les critiques de films qui ne demandent qu’à exister… ou pas !

 


Mots imposés : louche – carambole – baskets – arawak – salon – râteau – calèche
Titre : Des caramboles à la louche
C’est un film d’une inventivité débordante d’humour et en même temps d’un réalisme à toute épreuve.
Il s’agit d’une sorte de western dont le réalisateur a beaucoup pris dans les films de Sergio Leone et dans l’histoire improbable d’un peuple indien. En effet, il s’agit des aventures de « Fils de lune », un Arawak de la dernière génération, qui se déplace dans une calèche volée aux chercheurs d’or, et qui porte des baskets à clous. Lire la suite

Au salon du livre

Un atelier d’écriture animé par Grégoire Delacourt et Mohamed Aïssaoui au Salon du livre, ça ne se refuse pas.
Première consigne : écrire, en moins de dix minutes, une histoire contenant les mots proposés par le public : Delphine, Boulevard Haussmann, fouet, violet, Pétain, chat, Tour Eiffel, enthousiasme, colère. À vous !Envoyez vos textes à lecriture.nomade@gmail.com 

Un banc pour faire…

Quelqu’un avait écrit ces mots à la peinture or, sur leur banc…

Un banc pour faire….
C’était pour faire la couche de la Belle au Bois Dormant…
Pendant la nuit est arrivé le prince Charmant.
Il a emporté la Belle au Bois Dormant :
Même avec des lettres d’or magnifiant ce pauvre banc,
Il ne supportait pas qu’elle dorme aux quatre vents !
Geneviève Colorado – Vence, février 2018

Banc pour faire.
Sur mon dos, quelqu’un, a écrit ces mots: « UN BANC POUR FAIRE».Lire la suite

Dernière démarque

Consigne : Rédigez la carte de vœux qu’un vieux manteau, une paire de chaussures usée, une chemise déchirée ou toute autre vieillerie adresse à son remplaçant.

Je suis La vieille paire de lunettes, celle qui va finir sa vie dans un dispensaire au Burkina Faso. Qui sait sur quel nouveau nez je vais me poser ?
Elle m’a rangée dans l’étui en simili cuir, celui d’origine qui n’a plus de couleur et qui ferme mal. Pourvu que je reste dans la boîte jusqu’à la fin du voyage et que je ne m’égare pas dans le fond d’un carton en Afrique !Lire la suite

« Ouf ! »

Il y a peu, l’idée que la cigarette, un jour prochain, puisse être interdite dans les films français s’est propagée sur les ondes radiophoniques. De l’autre côté du poste, on extrapole, on s’interroge. Et si la cigarette était aussi bannie des livres ? Et si l’interdiction s’étendait à l’alcool, aux excès de vitesse ? Ainsi naissent les consignes…

Ecrire un très court texte où l’on « entende »  le ou les personnages s’adonner à des activités nuisibles pour leur santé, leur sécurité, leur tranquillité… ou pour celles des autres : fumer, boire de l’alcool, dépasser la limitation de vitesse, traverser en dehors des clous, passer la tondeuse un jour férié, ne pas ramasser la crotte de son chien…
Réécrire ce texte en supprimant ces excès. A vos stylos !

Envoyez-nous vos textes, nous en publierons un.